Vous avez pu lire dans le mon amour pour les images que je n'aime pas les cases où l'on veut se ranger et ranger les autres...  Notre société, elle, fait bien la distinction entre artiste et artisan, ne serait-ce que par le statut et l'organisme dont chacun va dépendre. J'aimerais revenir un peu sur l'histoire et sur ce débat philosophique qui n'est pas nouveau.

Un peu d'histoire

La séparation entre artiste et artisan n'a pas toujours existé. Initialement on disait "artisan" toute personne qui pratiquait un art, que ce soit par l'application d'une technique ou par la connaissance de l'un des beaux-arts. Ainsi le potier et le sculpteur étaient considérés semblables.

Extrait d'un cours de philosophie pour les terminales :

Étymologiquement, le mot art renvoie d’abord à l’idée d’un savoir-faire : pour les Grecs, l’art était d’abord une tecknè, c’est-à-dire une technique, une habile façon de s’y prendre dans un domaine donné.
Ainsi, l’Antiquité ne faisait pas de différences strictes entre le métier de l’artisan et l’activité de l’artiste et considérait que le potier et le poète étaient tous deux des hommes de l’art. L’art était en effet d’abord vu comme une habileté, une méthode acquise par apprentissage et reposant sur des connaissances empiriques.


Cependant, au fil des siècles, la différence entre l’artiste et l’artisan devient plus marquée. Au 18e siècle, on parle désormais de Beaux-Arts pour désigner exclusivement les productions de l’artiste. L’artiste n’est plus alors un artisan particulièrement habile mais un homme doué de génie et capable de créer un inédit porteur de sens.

histoire : collage illustrant article artiste artisan, égyptiens travaillant à la fresque Guernica

Diderot écrivait dans l'article "art" de son encyclopédie

"En examinant les productions des arts, on s'est aperçu que les unes étaient plus l'ouvrage de l'esprit que de la main, et qu'au contraire d'autres étaient plus l'ouvrage de la main que de l'esprit. Telle est en partie l'origine de la prééminence que l'on a accordée à certains arts sur d'autres et de la distribution qu'on a faite des arts en arts libéraux et en arts mécaniques. Cette distinction, quoique bien fondée, a produit un mauvais effet, en avilissant des gens très estimables et très utiles, et en fortifiant en nous je ne sais quelle paresse naturelle, qui ne nous portait déjà que trop à croire que donner une application constante et suivie à des expériences et à des objets particuliers, sensibles et matériels, c'était déroger à la dignité de l'esprit humain ; et que de pratiquer ou même d'étudier les arts mécaniques, c'était s'abaisser à des choses dont la recherche est laborieuse, la méditation ignoble, l'exposition difficile, le commerce déshonorant, le nombre inépuisable, et la valeur minutielle"

(Distribution des Arts en libéraux et en mécaniques)

Son article laisserait à penser qu'à partir du 18e siècle, cette différence entre artiste et artisan fait de ce dernier un professionnel de moindre valeur. Ou en tout cas que sa pratique n'élève pas les esprits.

L'empreinte de nos inconscients collectifs

Sagesse populaire qui n'est pas toujours symbole de sagesse, préjugés, clichés, nous entendons de tout et du n'importe quoi sur le rôle d'un artiste et le travail d'un artisan... Souvent l'artiste sera adulé ou  rejeté. L'artisan lui, même si les mentalités changent en mieux sera considéré comme un expert dans son domaine mais toujours dans des domaines éloignés de l'art.

Petit exercice : Si vous demandez ce qu'est un artisan ?
- et bien c'est un peintre en bâtiment, un plombier, un maçon, un jardinier, un paysagiste etc...
- Il y en a des très sérieux et d'autres qui sont des vraies fumistes
- ils ne finissent jamais dans les délais qu'ils ont annoncés

Et un artiste ?
- alors...euh... c'est quelqu'un qui se lève tard, qui est très riche ou affreusement pauvre
- souvent reconnu après sa mort 
- un génie avec lequel je n'aimerais pas vivre, il paraît qu'ils sont insupportables !
- un égo démesuré
- qui vit hors de la réalité
- j'adoooore les artistes, moi

Voici un faux micro-trottoir que j'ai créé spécialement pour l'occasion et qui reprend ces précédents préjugés :



Vous voyez ce sont des poncifs réguliers -non exhaustifs- qui pèsent lourd sur ces deux corps de métier.
J'ai même, lors d'une de mes permanences dans une boutique éphémère, entendu une visiteuse me dire à propos de mes collages :
- c'est joli ce que vous faites... ah !  mais vous êtes artisan ? ... bah ! moi je n'aime que les artistes !!!

Valserine : artiste ou artisan ?

Je dois dire que personnellement j'ai eu du mal à choisir dans quelle case j'allais me ranger ... j'avais le tableau entre deux chaises en quelque sorte.
Si j'ai choisi artisan c'est que je n'avais pas envie de ne faire que des pièces uniques, même si mes tableaux collages  le sont ; je voulais pouvoir imprimer autant de cartes postales ou de magnets que je le souhaitais sans dépendre d'un distributeur.
J'avais aussi de mauvais retours de certain.e.s ami.e.s artistes par rapport à leur couverture maladie, ça m'a un peu effrayée vu que je n'ai plus 20 ans  tea cup 
Le prix, aussi, que j'allais attribuer à mes créations me faisait douter, mon aspiration étant à la fois de libérer la déco de son carcan imposé et de lui offrir tout l'apanage des coups de cœur artistiques et de permettre à des personnes à petits budgets d'acquérir mes pièces uniques sans s'endetter.

La porte entre mon atelier et mon imaginaire n'est jamais fermée, est-ce le propre de l'artiste ou de l'artisan ? 
Bien à vous en tout cas !

27 octobre 2018






Les cookies, sur le web, ce sont eux qui nous mangent ! Mes cookies ne sont pas des ogres mais pour voir disparaître ce bandeau vous acceptez d'être un peu grignoté.e.